À voir, à faire et à entendre : AIM, Fringe Fest, Mike Luckovich, Kwame Onwuachi

DANSE

Danse Bautanzt présente sa première œuvre in situ en centre-ville, Arches et textures DWTN, à 20 h vendredi. A effectuer à Le métro d’Atlanta Place des fontaines, le morceau est inspiré par l’architecture et l’histoire de la bibliothèque centrale, qui a récemment rouvert. Musique de Xay Zoleil, qui présentera également VIAUNI, une nouvelle compagnie de danse sous sa direction. Libre.

::

C’est dommage ça Théâtre de ballet moderne Terminus et AIM de Kyle Abraham se produisent le même soir, samedi, chacun pour une seule nuit. Les deux sont de bons choix, même si leur ton est très différent. Terminus’ Tout attend a été créée en mars 2019 au Hors du bord festival. La chorégraphe Tara Lee l’a retravaillé et élargi pour cette performance à Théâtre Stillwell à l’Université d’État de Kennesaw. Il exprime encore la joie qui attend si nous pouvons transcender l’anxiété et le mécontentement perpétuel de l’existence contemporaine. L’ouvrage s’annonce d’autant plus pertinent au regard de la pandémie. 20 h 35 $. Étudiants 15 $.

::

« C’est une sitcom d’amour noire. » C’est ainsi que Catherine Kirk, danseuse de la compagnie new-yorkaise de Kyle Abraham OBJECTIFdécrit Un amour sans titre dans un récent New York Times entrevue. Contrairement à certaines des œuvres plus sombres d’Abraham, ce ballet contemporain d’une soirée entière respire la joie, le flirt, la communauté et les filles assises sur le canapé parlant de chevilles cendrées. Présenté samedi à Centre des Arts du Rialto, il est mis en musique par la légende du R&B D’Angelo, lauréat d’un Grammy, et est un clin d’œil à son single « Untitled (How Does It Feel) ». Abraham n’a cependant pas oublié sa conscience de justice sociale, et il y a aussi des moments plus sombres. Lis ArtsATL’s aperçu ICI. 20 h Les billets commencent à 39,10 $.

::

Venir au Festival Fringe d’Atlanta: Cirque Us, une troupe de sept membres de Walpole, Massachusetts, interprète «RagTag: A Circus in Stitches» du vendredi au dimanche sur 7 Stages.

THÉÂTRE

Vingt spectacles différents d’une heure, audacieux et divertissants, seront présentés à 7 étapes, église de quartier et Barre de démolition à partir de jeudi comme Festival Fringe d’Atlanta entre au cœur de son programme. Premier festival en personne depuis 2019 en raison de la pandémie, l’édition de cette année comprend des conteurs solo, des danseurs, un chanteur folk et un cirque itinérant. « La meilleure partie de Fringe est, par exemple, de courir autour de Little Five pendant un week-end et de voir potentiellement les trucs les plus vulnérables, les plus beaux et les plus déchirants que vous ayez jamais vus », a déclaré l’auteur-interprète Dani Herd dans ArtsATL’s histoire de prévisualisation. Jusqu’à dimanche.

::

Théâtre Aurore n’est pas timide sur ses ambitions pour la finale de sa saison : il veut envoyer la comédie escrocs, ouverture jeudi, vers la Grande Voie Blanche. Aurora collabore avec Broadway Factor, dont les partenaires revendiquent un palmarès pour les comédies musicales à succès, notamment Mme Doubtfire et Bottes coquines ainsi que le célèbre renaissance de Frankie et Johnny au Clair de Lune. « ils ont traité escrocs merveilleusement », a déclaré William Fernandez, producteur fondateur de Broadway Factor. « Ils sont un véritable témoignage qu’un travail de premier ordre est effectué en dehors de New York. » La farce du dramaturge pour la première fois Chris Anthony Ferrer concerne une paire de cambrioleurs maladroits dont les plans pour faciliter la cueillette d’un manoir de Miami et d’un diamant de 300 millions de dollars tournent mal. Jusqu’au 5 juin.

::

L’île Artificielle, ouverture vendredi à Pousser Pousser Arts à College Park, est décrit comme un mélange amusant de Être John Malkovich et Les Simpsons, qui sonne à la fois cosmique et comique. Écrit par le musicien d’Atlanta Jeffrey Bützer, la comédie déroule l’histoire de Penny, qui ne réussit pas très bien à devenir adulte. Au milieu de la fête de son 25e anniversaire, elle échappe à ses copains qui sautent dans les bars pour se rendre chez une diseuse de bonne aventure, où Penny n’aime pas l’image que la lecture peint de son avenir. Bientôt, elle se retrouve incarcérée pour voies de fait, et les choses ne font que dégénérer à partir de là – impliquant des codétenus codépendants et l’intervention du diable lui-même avant qu’elle ne trouve une voie à suivre. Les détournements se poursuivent jusqu’au 4 juin.

::

ART+DESIGN

UN B est une exposition personnelle du graveur, peintre et tatoueur Andrew Blooms qui se déroule jusqu’à dimanche à Galerie MENTHE. Blooms est un taïwanais américain qui dit que son objectif est de montrer la beauté, la simplicité et la puissance de la culture asiatique traditionnelle dans un contexte occidental. Produit par MINT et Projekt202. Vernissage jeudi 18h30-21h30

::

Les dessins animés sont-ils de l’art ? Pas des beaux-arts, bien sûr, mais Atlanta Journal-Constitution dessinateur Mike Luckovitch continue de s’amuser aux dépens d’innombrables politiciens et personnalités sportives, donnant aux lecteurs beaucoup de satire, d’humour et de matière à réflexion. Et c’est tout un art. Vérité fragmentaire à galerie rek présente plus de 40 dessins originaux de dessins animés éditoriaux de Luckovich. Les œuvres de l’exposition présentent son point de vue sur Trump, Brian Kemp, John Lewis, l’émeute du Capitole du 6 janvier et les Georgia Bulldogs. « Le dessin animé est devenu beaucoup plus sérieux » au cours des deux dernières années, dit Luckovich. Jusqu’au 30 juin. 3383 Lawrenceville Highway, Tucker.

::

La galerie Fowler à Centre Hudgens pour l’art et l’apprentissage présente le travail de Marty Two Bulls Jr. (ci-dessus) dans une exposition personnelle, Consommation américaine. Basé à Rapid City, dans le Dakota du Sud, Two Bulls est membre de la tribu Oglala Sioux et vient d’une famille d’artistes. Son travail a été exposé dans des galeries nationales et internationales et fait partie de plusieurs collections permanentes de musées. Jusqu’au 16 juillet. 6400 Sugarloaf Parkway. Bâtiment 300, Duluth.

::

MUSIQUE

chanteuse britannique Pierre Joss vient à la Maison de théâtre de variétés le jeudi 26 mai à 20h pour soutenir son dernier album, N’oublie jamais mon amour, produit à Nashville par Dave Stewart d’Eurythmics. Stone a fait des débuts puissants avec son album de 2003 Les séances d’âme, sa voix et son esthétique rappellent chaleureusement le classique Aretha Franklin. Elle a depuis sorti sept albums studio qui se sont vendus à plus de 15 millions d’exemplaires dans le monde. Les billets commencent à 44 $.

::

Idole américaine gagnant Taylor Hicks revient à Atlanta pour un spectacle à Le grenier d’Eddievendredi à 21 h Hicks a remporté la saison 5 de Idole américaine et transformé cela en un single n ° 1 (« Do I Make You Proud »), une autobiographie, un rôle principal dans la version Broadway de Graisse et une résidence à Las Vegas. Il a joué avec des artistes allant de Willie Nelson à Snoop Dogg en passant par le Allman Brothers Band. Les billets commencent à 35 $.

::

LIVRES

Ancien Excellent chef concurrent (saison 13) et chef lauréat du prix James Beard Kwame Onwuachi discutera de son livre de cuisine Mon Amérique : les recettes d’un jeune chef noir dans une conférence virtuelle du centre d’histoire d’Atlanta Discussions d’auteur série Mardi à 19h00 Le livre d’Onwuachi propose plus de 125 recettes et célèbre la cuisine de la diaspora africaine avec des saveurs du Nigeria, des Caraïbes et du Sud. Gratuit, mais inscription obligatoire.

Vous pourriez également aimer...