Catégories
Danse et art

«Bodytorque.Digital» du Ballet australien – Dance Informa Magazine

L'Australian Ballet a dévoilé la première production en cinq parties Bodytorque.Digital série, présentant de nouvelles œuvres de danse créées par le développement de chorégraphes et de compositeurs émergents.

Créé sur et interprété par des danseurs de l'Australian Ballet, avec de la musique interprétée par des musiciens de l'Orchestra Victoria, cette année Bodytorque La série a été spécialement conçue pour l'espace numérique.

L'artiste principal du ballet australien Benedicte Bemet dans 'Capriccio'.
L'artiste principal du ballet australien Benedicte Bemet dans «Capriccio».

Bodytorque.Digital est une reprise régulière du COVID-19 Bodytorque programme, que l'Australian Ballet propose pour développer de nouveaux talents chorégraphiques australiens depuis 2004. Les œuvres créées dans le cadre du programme seraient normalement jouées en direct dans les théâtres. Pendant la période d'isolement forcé COVID-19, la société a conçu Bodytorque.Digital de poursuivre son engagement de favoriser la créativité des danseurs du Ballet australien et de développer le talent chorégraphique.

Cinq chorégraphes prometteurs ont eu l'opportunité de développer de nouvelles œuvres dans lesquelles tous les éléments – chorégraphie, danseurs, musique et cinématographie – sont utilisés pour créer quelque chose de plus qu'une simple danse sur film. Ceci a été réalisé en travaillant ensemble à distance avec l'aide de la connectivité numérique et des répétitions virtuelles.

L'artiste principal du ballet australien Benedicte Bemet dans 'Capriccio'.
L'artiste principal du ballet australien Benedicte Bemet dans «Capriccio».

La première œuvre du danseur et chorégraphe François-Eloi Lavignac, en collaboration avec la pianiste du Ballet australien Kylie Foster, est intitulée Capriccio et a été créé avec l'artiste principal Benedicte Bemet alors que les deux danseurs travaillaient à domicile pendant des semaines d'isolement. Les artistes ont répété via Microsoft Teams pendant le développement de la pièce.

Lavignac et Bemet ont travaillé sur le contenu de ce travail depuis 2017, lorsque Bemet a subi une blessure menaçant sa carrière. La boucle est bouclée pour le 2020 BodyTorque.Digital saison.

Capriccio est capturé dans un film puissant avec une cinématographie et une production fournies par Brett Ludeman de l’équipe d’enregistrement et de diffusion de l’Australian Ballet. Il a été filmé dans les salles vides et les espaces d'exposition de la National Gallery of Victoria en collaboration avec l'Orchestra Victoria. Capriccio vise à montrer un cycle dans lequel la réalité et le processus de pensée du danseur sont entremêlés dans une danse où ils s’échappent d’eux-mêmes pour se retrouver au début.

«Nous avons tous deux apprécié de revoir ce contenu, de lui donner un nouveau sens et aussi de créer un nouveau contenu pour nous représenter, trois ans plus tard», déclare Lavignac. «La beauté du mouvement vient d'un véritable lieu d'émerveillement, de représentation et de recherche permanente.»

L'artiste principal du ballet australien Benedicte Bemet dans 'Capriccio'.
L'artiste principal du ballet australien Benedicte Bemet dans «Capriccio».

Le directeur artistique du Ballet australien David McAllister déclare: «Bodytorque, Le programme de développement chorégraphique de l’Australian Ballet, a été un incubateur de nouvelles œuvres et un lieu d’expérimentation et de recherche pour une génération de créateurs. Ces dernières années, il est également devenu un merveilleux point de collaboration avec l'Orchestra Victoria.

Le plein Bodytorque.Digital La série mettra en vedette le travail de cinq chorégraphes en développement – François-Eloi Lavignac, Amelia Drummond, Jill Ogai, Tim Coleman et Mason Lovegrove – et sortira au cours des prochains mois. Trois des pièces seront filmées à la National Gallery of Victoria.

La directrice artistique de l'orchestre Victoria Nicolette Fraillon déclare: «Trois des chorégraphes ont sauté sur l'occasion de travailler avec des compositeurs australiens émergents et de développer leurs nouvelles œuvres en collaboration. Confinés dans leurs foyers respectifs, chorégraphes, danseurs et musiciens ont travaillé ensemble en ligne, partageant et développant des idées, se donnant des retours. Ils ont développé de courtes œuvres qui incarnent l'esprit de convivialité et de collaboration créatives, qui est l'essence même de la forme artistique, et qui se poursuit malgré les défis actuels de limitations et de restrictions physiques.

Fraillon ajoute: «Au cours des dernières années Bodytorque, les membres de l'Orchestra Victoria et les pianistes de l'Australian Ballet ont fait partie intégrante du processus de création et interpréteront et enregistreront la musique de chacune des œuvres. Devrions-nous être en mesure d'effectuer un Bodytorque live à l’avenir, les nouvelles compositions ont été écrites en vue d’être développées pour les performances live. »

le Bodytorque.Digital La série sera diffusée sur The Australian Ballet’s Ballet TV dans les mois à venir. Pour en savoir plus, visitez australianballet.com.au/the-ballets/bodytorque-digital.







Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *