Catégories
Danse et art

Cunningham sur grand écran

µ

Publié le 16 mars 2020

Merce4 "srcset =" https://www.dancing-times.co.uk/wp-content/uploads/2020/03/Merce4.jpeg 900w, https://www.dancing-times.co.uk/wp- content / uploads / 2020/03 / Merce4-300x169.jpeg 300w, https://www.dancing-times.co.uk/wp-content/uploads/2020/03/Merce4-800x450.jpeg 800w, https: // www.dancing-times.co.uk/wp-content/uploads/2020/03/Merce4-150x84.jpeg 150w, https://www.dancing-times.co.uk/wp-content/uploads/2020/03 /Merce4-400x225.jpeg 400w, https://www.dancing-times.co.uk/wp-content/uploads/2020/03/Merce4-600x337.jpeg 600w "tailles =" (largeur max: 900px) 100vw , 900px "/></div>
<p class=Faire des danses est un processus mystérieux difficile à décrire. Recréer le caractère essentiel d'une danse et son impact original est encore plus difficile. Les œuvres que Merce Cunningham a laissées à sa mort en 2009 doivent désormais faire leur chemin dans le monde, sans son aide, mais avec l'aide des danseurs qui les connaissent et des enregistrements méticuleusement assemblés de leur existence.

Combinaison fascinante de films d'archives, d'images fixes, de voix off et de performances 3D, l'ambitieux documentaire d'Alla Kovgan Cunningham sagement n'essaie pas d'expliquer son processus créatif ou de couvrir toute sa vie, sa carrière et sa contribution à la danse contemporaine. En partie biopic, en partie appréciation, il examine l'entreprise artistique sous trois angles. Liés par la chronologie de son développement chorégraphique de 1942 à 1972, ils m'ont frappé comme trois films discrets, empilés les uns sur les autres mais toujours distincts.

Le plus significatif des trois dresse un portrait captivant des premières explorations de Cunningham en mouvement et des individus qui ont jeté leur sort avec lui. Des films et des instantanés en noir et blanc, souvent accompagnés par les voix des artistes que nous regardons, animent l'histoire et capturent la compétence et la présence uniques de Cunningham, qui ont dominé et guidé ses interprètes pendant qu'ils se définissaient. Des séquences et des interviews anciennes offrent un accès immédiat à Cunningham et aux danseurs en classe et en répétition et sur la route, John Cage au piano, Robert Rauschenberg au travail.

Entrecoupé de ces aperçus intimes du passé, le deuxième film propose des extraits des œuvres en discussion interprétées par les danseurs d'aujourd'hui, en 3D et en couleur. Comment les temps ont changé et changé les danses. Dans le film archivé, vous voyez Cunningham dessiner le mouvement de ses propres impulsions. En les reproduisant, les danseurs révèlent la mécanique de la chorégraphie, déployant impersonnellement leur technique raffinée. Les commentaires de leurs prédécesseurs témoignent de la différence stylistique. «Il était intéressé par nos défauts en tant que danseurs», se souvient Viola Farber. «Nous étions plus individuels», explique Carolyn Brown, mais plus tard, il pourrait «soutenir plus de danseurs, qui fonctionnent comme un groupe qu'il organise».

Réalisés avec précision, ces réveils brillent d'invention et les interprètes ne se trompent jamais, mais j'ai trouvé l'expérience 3D désorientante. Contrairement à l'œil humain, qui coordonne simultanément votre perception de la forme, de la profondeur et de la distance, le système 3D ne peut que mettre plusieurs objets au point en trois dimensions à la fois, ce qui améliore la forme mais aplatit l'espace et la distance. Balayant le centre-ville de Manhattan depuis les airs, la caméra isole les bâtiments individuels, au premier plan, de leur environnement naturel. Les danseurs subissent le même sort; nettement disposés sur des plans séparés de l'espace qu'ils habitent ensemble, leur corps ressemble à des découpes en carton et un bras pointant vers le bas semble plus long que celui pointant vers le haut.

Néanmoins, ils nous montrent des danses, ou du moins des segments d'entre eux, que beaucoup de gens n'auront jamais vus auparavant: le solo Escapade somptueuse (1956), «scènes de vaudeville» de Antic Meet (1958), l'éclat Summerspace (1958) et le sombre Winterbranch (1964). Tournés dans des décors insolites – un tunnel carrelé, un jardin à la française, un manoir – certains extraits acquièrent un lustre d'interprétation qui pourrait surprendre Cunningham. Les endroits extrêmement variés qu'il a choisis pour Événements, intérieurs et extérieurs, ont toujours garanti des lignes de vue dégagées pour les téléspectateurs, et le film enregistre sa conviction que «Mes danseurs et moi n’interprétons pas quelque chose, nous présentons quelque chose. Tout type d'interprétation est laissé au public. » Imposer ces interprétations elle-même, Kovgan a filmé Winterbranch sur un toit dans l'obscurité brisée par des projecteurs errants et tranchée Antic Meet derrière des portes doubles régulièrement espacées – maintenant vous le voyez, maintenant vous ne le voyez pas.

Le troisième film nous en dit plus sur Kovgan que sur Cunningham. Tout ce que nous apprenons sur les danses filmées depuis le sol de la forêt ou directement au-dessus, c'est qu'elle voulait les montrer sous ces angles. La superposition de photographies, d'images animées et de mots gribouillés sur l'écran lorsque nous les entendons attire notre attention sur la superposition plutôt que sur le contenu. L'utilisation «immersive» tant annoncée de la photographie 3D déforme en fait la chorégraphie, et de toute façon, comme l'a dit Mark Morris, «nous vivons déjà en 3D».

Pourtant, son montage imaginatif et ses recherches tenaces illuminent la vie et l'époque de Cunningham, ce qui représente la plus grande réussite de son film. L'éloquence des artistes dans le mouvement et les mots documente son sujet insaisissable de manière mémorable, tout comme le chorégraphe singulièrement articulé lui-même. Pourquoi expérimenter les danses? Parce que, dit-il, "j'aime vraiment beaucoup la danse." Qu'est-ce qui soutient leur invention? Une «croyance continue à la surprise de l'instant». Tous ceux qui se soucient de la créativité, du risque et des efforts dévoués voudront voir ce film.

Sur la photo: des scènes de Merce Cunningham Summerspace (photographies de Mko Malkshasyan) et Suite pour deux (photographies de Martin Miseré).

Cunningham sera affiché en 2D et 3D dans les cinémas à travers le Royaume-Uni et l'Irlande du 13 mars. Visite www.cunninghamfilm.co.uk pour plus d'informations.

Barbara Newman

Les livres de Barbara Newman sur le ballet incluent Grace sous pression; Le livre illustré d'histoires de ballet pour les enfants; un volume d'entretiens, Striking a Balance, et son suivi, Never Far from Dancing. Elle écrit pour Dancing Times depuis 1984 et a été critique de danse pour Country Life de 1990 à 2016. Elle archive tout son travail sur http://barbaranewmandance.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *