Cupcakes & Conversation avec Isabella Gasparini | Soliste | Le Ballet Royal | Nouvelles du ballet | Directement de la scène


Photo : Andrej Uspenski

Qu’est-ce qui vous motive à 8h du matin un lundi matin ?

C’est souvent la simple pensée de commencer une nouvelle semaine après avoir vidé ma tête et reposé le week-end, et peut-être gagné de nouvelles perspectives. Habituellement, penser que nous allons commencer un nouveau répertoire ou me fixer de nouveaux objectifs pour travailler me motive. Heureusement, je suis une personne du matin, donc je n’ai pas trop de mal à sortir du lit.

Si le ballet vous a choisi, comme le disent de nombreux danseurs, qu’est-ce qui vous a poussé à rester fidèle à lui ?

Mon amour pour le travail et les aspects performatifs du ballet, je crois. Même lorsque les journées sont longues et que les répétitions sont fatigantes, c’est ce sentiment gratifiant d’être sur scène et de jouer devant un grand public qui me rend heureux. Pour moi, ce sont aussi les petites percées que je fais chaque jour. Je trouve que j’apprends toujours quelque chose de nouveau sur moi-même, et donc le travail ne devient jamais ennuyeux et n’atteint jamais une fin. Il faut apprécier le processus car ce n’est vraiment pas facile.

Photo : Krystina Kashvili

Qu’attendez-vous de danser cette saison et quels sont les grands défis susceptibles d’être pour vous ?

J’avais très hâte de danser Clara dans Casse-Noisette surtout parce qu’il a été annulé la saison dernière et que nous avons enfin eu la chance d’être diffusés en direct dans les cinémas du monde entier. J’ai adoré danser avec Luca [Acri]. Nous avons aussi le pas de trois dans Le lac des cygnescertainement un défi mental et physique. Un mois à la campagne était un délice absolu, j’avais déjà couvert le rôle de Vera et j’avais hâte de le jouer un jour. J’adore les ballets d’Ashton, mais je suis toujours surpris de voir à quel point il faut être rapide et dynamique pour maîtriser ses pas et sa musicalité. J’aime un bon ballet de contes et j’attends avec impatience celui de Christopher Wheeldon Comme l’eau pour le chocolat pour finir la saison, aussi Mayerling et Cendrillon et d’autres ballets d’histoires à venir la saison prochaine. J’ai aussi hâte que Crystal Pite revienne chorégraphier quelque chose de nouveau.

Avec qui aimeriez-vous le plus danser, où joueriez-vous et avec quoi danseriez-vous ?

Question difficile! Je suppose que je viens de réaliser un de mes rêves en Un mois à la campagne, danser en étroite collaboration avec Natalia Osipova. Je l’ai toujours regardée avec une telle admiration pour ses talents d’actrice et d’interprète, elle me fait pleurer. J’adore danser et interagir avec des gens qui redonnent la même énergie, c’est comme partager un moment spécial ensemble. Il y a des danseurs dans la compagnie avec qui j’ai tellement de plaisir à danser, hommes et femmes. Ce pourrait être n’importe quel ballet ! L’endroit doit être mon théâtre préféré, le Royal Opera House. J’aimerais aussi jouer un ballet en trois actes au Brésil, mon pays d’origine.

Comment préparer ses chaussons de pointe ?

Cette saison, j’ai décidé de changer mes pointes, et c’est toujours un long processus de trouver ce qui fonctionne pour vous et ce qui vous semble le plus confortable. Je n’avais jamais l’habitude de faire quoi que ce soit à mes chaussures à part les taper une centaine de fois pour essayer de les rendre moins bruyantes, une des raisons pour lesquelles j’ai décidé d’essayer quelque chose de différent. Jusqu’à présent, j’ai coupé la semelle intérieure de mes nouvelles chaussures, les ai recouvertes, cousu des doubles élastiques, amélioré mon raccommodage, gratté le bas, etc etc etc… et je n’ai toujours pas trouvé la façon parfaite de les préparer, mais je suis se rapprocher.

Quel est votre routine quotidienne à l’heure actuelle?

Je me réveille, je nourris mon chat, je déjeune et je joue un peu avec lui avant d’aller travailler. Le cours de ballet commence à 10h30, parfois une heure plus tôt s’il y a un appel de scène le matin. Je répète la majeure partie de l’après-midi, étant en ce moment Le lac des cygnes et créer Comme l’eau pour le chocolat, avec une heure de pause déjeuner. Si j’ai plus d’une heure, je sors prendre un café et travaille sur mes devoirs pour l’université. S’il y a un spectacle en soirée, nous avons une pause de deux heures pour manger, nous préparer et je fais une autre barre pour m’échauffer, danser et prendre le train pour rentrer à la maison.

Photo : Andrej Uspenski

Qu’est-ce que vous mangez au cours de une journée de travail type ?

J’ai généralement des œufs brouillés et de l’avocat sur du pain grillé ou du beurre d’amande et de la confiture sur du pain grillé et du café pour le petit déjeuner, puis j’aurais une collation en milieu de matinée comme une barre de céréales ou un fruit, un sandwich pour le déjeuner, un plat blanc et la plupart des jours j’ai un gâterie sucrée dans l’après-midi comme un brownie ou un flapjack. Les jours de spectacle, le dîner était composé des restes de la veille, généralement des pâtes ou du piment. Le soir à la maison, c’est moi ou mon copain qui cuisine. J’ai tendance à cuisiner des repas végétariens, poulet ou saumon, toujours à base de protéines avec du riz ou des pommes de terre et de la salade ou des légumes. Après le dîner, je prends généralement du thé vert avec des digestifs et du chocolat noir. Si j’ai eu un spectacle, j’aurai du pain grillé ou du yaourt avec du granola ou une sorte de collation quand je rentrerai à la maison.

Vous pouvez inviter six personnes célèbres à dîner – qui inviteriez-vous ?

Emma Watson, La Reine, Maryl Streep, Colin Firth, Roger Federer.

Qu’est-ce qui surprendrait les gens chez vous ?

J’aime étudier. J’ai étudié à temps partiel pendant cinq ans et je suis sur le point d’obtenir un diplôme en littérature anglaise et création littéraire à l’Open University.

Qui vous a donné envie de danser ?

Ma mère, elle était danseuse et continue d’être ma plus grande inspiration, me soutenant et m’encourageant de toutes les manières.

Quel est votre meilleur conseil ?

Suivez votre cœur et croyez toujours en vous.

Aimeriez-vous voir des améliorations au sein du ballet ?

J’aimerais nous voir nous concentrer davantage sur le côté artistique du ballet en plus de développer la technique, et je pense que cela vient de l’école. C’est impressionnant de pouvoir faire des tours, mais ce n’est pas ce qui importe le plus ni là où réside la beauté du ballet. J’ai été pris dans la mentalité que pour être un bon danseur, il faut faire cinq pirouettes en classe chaque jour, et cela m’a rendu anxieux et frustré sans raison. C’est aussi ce que l’on voit sur les réseaux sociaux. Le ballet est avant tout un art ! Je vois parfois que les danseurs ne se rendent pas compte de l’importance du métier de scénique. Il faut travailler notre technique tous les jours pour être capable de faire les choses techniques, bien sûr, mais surtout pour se renforcer et se libérer de trop se concentrer sur les étapes difficiles, pour pouvoir se laisser aller sur scène.

Photo : Andrej Uspenski

Comment vous préparez-vous dans les heures qui précèdent un spectacle ?

Dès que j’ai fini mon dîner (deux heures avant), je commence à me coiffer et à me maquiller. Environ une heure avant le début du spectacle, je vais au studio à l’étage et commence à m’échauffer, en écoutant généralement de la musique sur mon téléphone. A l’appel du quart d’heure, je redescends pour me déguiser et m’assurer d’avoir tout ce dont j’ai besoin (gourde, jambières, gels SIS, trucs pour changer rapidement) avant de me diriger vers les coulisses.

Comment gérez-vous le stress de la performance ?

J’aime avoir quelques minutes sur scène avant que le rideau ne se lève, surtout si je suis au tout début d’un ballet ou d’un mouvement, pour me concentrer et passer en revue tous les détails de la chorégraphie. J’ai aussi besoin de sentir que j’ai fait un bon échauffement et que j’ai eu le temps de me préparer sans me presser. Si je me sens nerveux, je pense toujours à quel point j’aime ce que je fais et à quel point le public a hâte de se perdre dans l’instant, et cela m’aide à lutter contre l’anxiété.

Quel rôle vous a le plus testé et comment ?

Il est difficile d’identifier un seul rôle, je crois que chaque rôle vous teste d’une manière ou d’une autre, surtout s’il sort de votre zone de confort. Au Royal Opera House je pense Les Patineurs a été une formidable épreuve de courage pour moi car j’ai dû faire 32 fouettés sur cette étape pour la première fois et cela m’a toujours fait peur.

Si on vous demandait de concevoir votre propre costume de ballet, que créeriez-vous ?

Un tutu confortable et délicat.

Que recherchez-vous chez un partenaire de danse ?

Quelqu’un de confiance, fiable, honnête et travailleur acharné.

Quelle est votre citation préférée ?

« Juste au moment où la chenille pensait que le monde était fini, elle est devenue un papillon. »

Avez-vous une « étape de signature » ​​- une étape qui vous vient naturellement ?

J’aime les sissonnes et les arabesques.

Quel a été ton meilleur moment sur scène jusqu’à présent ?

Il y en a eu tellement! Je pense que danser Rhapsodie quand j’ai rejoint le Royal Ballet a certainement été l’un d’entre eux. Crystal Pit’s Modèle de vol était un autre moment charmant et dansant le pas de deux Bluebird [from The Sleeping Beauty] pendant la pandémie.

Avez-vous une compétence secrète que personne ne connaît ?

Aucun auquel je puisse penser.

En termes de carrière de ballet, où aimeriez-vous être dans un an ?

Ici et dansant de plus grands rôles. 😊

Avec qui aimeriez-vous avoir une conversation ?

Peut-être Paulo Coelho, il est un auteur brésilien et un chef spirituel. Ses livres m’ont beaucoup aidé dans les moments où j’avais besoin de courage et de confiance en moi. J’aimerais lui poser des questions sur son parcours d’écrivain ainsi que sur sa philosophie.

Quelle est votre stratégie de sortie, pour le moment où vous arrêtez de danser, et comment l’avez-vous planifiée ?

Je n’ai pas vraiment de stratégie. J’ai appris par expérience qu’il faut faire confiance à l’univers et au bon timing des choses, et quand viendra le temps de ma retraite, je sais que de nouvelles portes s’ouvriront pour moi. Cela ne veut pas dire que je n’ai pas investi dans mon avenir; J’espère que mon diplôme en littérature et en écriture sera utile. Je le fais parce que je suis passionné par les livres, et si l’occasion se présente, j’aimerais en écrire un un jour. J’ai commencé un blog pendant la pandémie sur ma vie et ma carrière, et cela m’a donné tellement de joie de partager mon histoire. Je n’ai pas posté depuis un moment parce que nous sommes à nouveau très occupés, mais j’espère le reprendre à un moment donné cet été.

Vous pourriez également aimer...