Catégories
Danse et art

Elandrah Eramiha dans ‘Hamilton’ – Dance Informa Magazine

Il y a beaucoup de choses remarquables sur Hamilton. Salué comme un changeur de forme dans le théâtre musical, le drame historique axé sur le hip hop de Lin-Manuel Miranda a remporté des prix Tony, Olivier et Grammy, ainsi que le prix Pulitzer, et a été un succès public depuis ses débuts hors Broadway en 2015. Pourtant, l’aspect le plus intéressant est peut-être que son héros titulaire devrait faire l’objet d’une comédie musicale.

En dehors de l’Amérique, avant la comédie musicale, l’histoire d’Alexander Hamilton aurait été peu connue. Son rôle dans la révolution et les travaux ultérieurs contribuant à l’élaboration de la Constitution américaine, son rôle fondateur dans le secteur bancaire et financier américain, et le fait qu’il ait lancé le désormais tristement célèbre New York Post ne sont pas le tarif habituel des spectaculaires Broadway à gros budget. Sans la manière de sa mort, il est difficile d’imaginer qu’aucun d’entre nous ici en Australie parle beaucoup de lui. Vous voyez, le père fondateur Alexander Hamilton a eu la bonne grâce de mourir à la manière américaine classique. Coup! Dans son cas, par un vice-président en exercice dans un duel sur les rives de l’Hudson.

Elandrah Eramiha, Akina Edmonds et Chloé Zuel en répétition pour 'Hamilton'.  Photo par Lisa Maree Williams.
Elandrah Eramiha, Akina Edmonds
et Chloé Zuel en répétition
pour «Hamilton».
Photo par Lisa Maree Williams.

Le génie de Miranda était de faire chanter une histoire vieille de 200 ans. Comme Elandrah Eramiha, qui joue deux rôles dans la prochaine première australienne de Hamilton dit: «C’est très aujourd’hui. Nous entendons toujours dire que «New York aujourd’hui nous parle de New York alors». Nous lui racontons comment nous racontons des histoires à présent, c’est pourquoi il est si populaire. Donc, même si c’est une comédie musicale, c’est très humain, c’est pourquoi les gens le comprennent.

En effet, mis à part les curiosités historiques et leurs fascinants parallèles contemporains, ce qui attirait Eramiha était purement théâtral. «Cela fonctionne pour moi à cause de la musique et de la façon dont ils racontent l’histoire», révèle-t-elle. «Si quelqu’un me donnait un livre sur lui [Hamilton], Je ne le lirais probablement pas, mais comme ils le font à travers une musique incroyable, cela m’a parlé. Ensuite, quand j’ai appris les paroles et l’histoire, je me suis dit: « Oh mon Dieu, c’est vraiment fascinant et tordu », et j’en suis tombé amoureux. « 

Depuis qu’elle a obtenu son diplôme de la Patrick School of the Arts de Melbourne en 2016, Eramiha a déjà remporté une nomination à la Green Room, ainsi que des rôles dans Baiser de la femme araignée, L’amener sur et Dans les hauteurs, mais en Hamilton, elle doublera, jouant Peggy dans le premier acte et Maria dans le deuxième acte. «J’adore le défi que cela représente», déclare-t-elle. «J’ai deux personnages totalement différents. L’un a été élevé autour de la richesse et des privilèges, mais pas de l’autre. Ils sont si différents que j’apprécie vraiment ça.

L’autre chose qu’elle aime dans le spectacle, c’est qu’il se synchronise avec sa passion pour le R&B et le hip hop. Quand elle ne fait pas de théâtre, elle fait partie du duo 90/10. Comme elle l’explique: «Ce sont des choses que j’aime et avec lesquelles j’ai grandi, donc j’ai l’impression que cela a vraiment aidé avec cette comédie musicale. Hamilton est un peu différent musicalement de l’habituel, donc c’est vraiment bien d’avoir quelque chose que je connais à aborder. Je n’ai jamais eu ça auparavant, donc ça m’aide vraiment.

Jason Arrow et ensemble en répétition pour «Hamilton».  Photo par Lisa Maree Williams.
Jason Arrow et ensemble dans
répétition pour «Hamilton».
Photo par Lisa Maree Williams.

Cependant, l’éléphant dans le studio de répétition est cette fois microscopique. Notre vieux copain, COVID. L’ampleur de Hamilton nécessite une grande distribution et une grande équipe, et les protocoles désormais familiers sont en place. Masques, désinfectant, tests hebdomadaires pour tous. «Ainsi, lorsque nous faisons des appels vocaux, ils répartissent toutes les chaises pour que nous puissions chanter», explique Eramiha. «Nous sommes même espacés sur le sol. Tout le monde surveille et essaie de s’assurer que nous faisons ce qu’il faut. Mais oui, c’est très bizarre.

Lorsque la saison débutera au Sydney’s Lyric Theatre le 17 mars, ce sera également le début d’un marathon de chant, de danse et de duel pour Eramiha and Co. avec des dates inscrites jusqu’en septembre et deux rôles à jouer, elle en contemple la rigueur avec un œil avide. «Je pense qu’après l’année de repos que tout le monde devait avoir, je pense que nous sommes tous prêts. Cela va être difficile, mais ce sera incroyable. C’est comme une chose «enfin». »

Sans aucun doute, il y en a beaucoup d’autres qui poussent des soupirs de soulagement similaires (par opposition à se tirer mutuellement en duel… espérons-le).

Hamilton fera sa première australienne au Sydney Lyric Theatre à partir du 17 mars. Billets disponibles uniquement auprès de Ticketmaster.

Par Paul Ransom de Dance Informa.