Catégories
Danse et art

Kit Modus clôture la saison avec de nouvelles œuvres du monde entier à Callanwolde

La compagnie de danse contemporaine Kit Modus clôturera sa saison dimanche avec Magnétoscope Session II, une représentation à 20 h au Callanwolde Fine Arts Center. Le spectacle — la deuxième des résidences chorégraphiques virtuelles de Kit Modus — présentera la première mondiale d’une œuvre de Maddie Hanson, ainsi que des œuvres d’Alexander Espinoza, Rubén Julliard et Kit Modus fondatrice Jillian Mitchell.

Au cours de la saison, les danseurs de Kit Modus ont travaillé virtuellement avec des chorégraphes du monde entier, sélectionnés par Mitchell parmi un bassin de plus de 65 candidats. La première session du magnétoscope comprenait la première du film d’Espinoza Ikebana et Julliard Banni, avec un aperçu de Mitchell’s Purgatoire. Tous trois feront partie de cette deuxième session, aux côtés de Hanson L’espace qui nous tient.

« Les résidences étaient un moyen fantastique de garder nos danseurs en mouvement et de se connecter avec les gens », dit Mitchell. « Nous avons accès [to choreographers] d’une manière que nous n’aurions peut-être pas eue normalement.

À l’exception de Purgatoire, tous les travaux de la Séance II les performances ont été créées via Zoom ; Cependant, Mitchell dit que c’est difficile à dire, étant donné la diligence avec laquelle les danseurs ont travaillé avec les chorégraphes pour créer une pièce raffinée.

Le cadre virtuel « vous ralentit dans une certaine mesure, car vous ne pouvez pas manipuler physiquement les gens », explique Mitchell. « Mais cela reflétait beaucoup une expérience réelle. »

La performance donne à Mitchell une chance de montrer Purgatoire encore une fois; elle dit qu’il a augmenté tout au long de l’année. Elle a décrit la danse comme la première qu’elle ait jamais faite sur place, une qui a servi à plusieurs fins pour elle et ses danseurs, d’être un moyen pour eux de sortir – au sens propre comme au figuré – de la quarantaine, pour lui servir d’avenue se tester en tant que créatrice.

Alors que Kit Modus clôture la saison, Mitchell dit qu’elle est à la fois excitée et fière. « C’est une sensation agréable », dit-elle à propos de la performance finale. « Cela vous donne ce sens accompli d’un signe de ponctuation à la fin d’un très, très long paragraphe de travail. »

Si le temps le permet, les quatre œuvres seront jouées à la belle étoile dans l’amphithéâtre de Callanwolde. Un espace intérieur est en attente en cas de pluie. Bien que les résidences aient présenté des chorégraphes du monde entier – Julliard de France, Espinoza d’Espagne et Hanson du Canada – les œuvres de la soirée « se marient à merveille » selon Mitchell.

Parce que la performance marque la fin d’une saison largement définie par la pandémie, il peut sembler naturel de voir les réalisations de Kit Modus à travers cette lentille. Cependant, Mitchell dit qu’elle espère que le public vivra une performance qui démontre les mérites de Kit Modus indépendamment des événements de l’année dernière.

« Si vous deviez supprimer tous les obstacles à la création de notre travail, cette saison aurait toujours été importante pour nous », a déclaré Mitchell. «Nous avons fait quelque chose que je me serais efforcé de faire en toutes circonstances. Le matériel est bon, les danseurs sont bons, le calibre est élevé et nous avons quelque chose d’important à offrir, point final.