Catégories
Danse et art

La Finlande se met au Tango

Le tango est né dans les quartiers populaires de Buenos Aires à la fin du XIXe siècle, mais il a également conquis ce qui est habituellement une ville plutôt endormie dans l’Arctique, au nord de la Finlande.

Deux danseurs de Tango en pleine action

Une fièvre pour le Tango

À perte de vue, des couples dansent le tango dans la rue bordée d’arbres sous un ciel bleu cobalt brillant. Il est 2 heures du matin et le soleil a à peine plongé sous l’horizon – et il va bientôt se lever à nouveau.

Le son de l’accordéon remplit l’air chaud de l’été et l’orchestre se met en marche – les tambours, puis les violons. Le chanteur éclate dans une chanson appelée Satumaa, ou Fairytale Land.

La chanson de tango la plus populaire et la plus fréquemment interprétée en Finlande décrit un pays lointain et idyllique où les gens vivent heureux. Mais dans cette triste mélodie, la terre ne peut être atteinte que par la musique.

La rue du Tango

Voici Tangokatu, ou la rue du tango, à Seinajoki – une petite ville à trois heures de train au nord d’Helsinki. La rue principale de Seinajoki a été rebaptisée spécialement pour le festival de tango, qui est le point culminant du calendrier tango finlandais.

Ce festival de cinq jours existe depuis près de 30 ans et attire plus de 100 000 Finlandais férus de tango. Et il y en a de toutes sortes. Des hommes en sandales, des shorts en denim coupés et des chapeaux de cowboy. Un couple de personnes âgées dans des costumes de coquillages assortis. Des femmes portant des robes imprimées en léopard et à pois – et il y a beaucoup de cuir.

Pourquoi un tel engouement pour le tango ?

Je suis venu pour savoir pourquoi les Finlandais sont si amoureux du tango. Après tout, ils sont stéréotypés comme étant renfermés et silencieux. Ils ne sont pas du genre fougueux et latino-américain.

Le tango a pris d’assaut la Finlande dans les années 20 et 30 après avoir été exporté de Buenos Aires. Mais c’est pendant la guerre que les Finlandais ont fait leur cette musique.

Les paroles d’amour perdu et de chagrin ont touché une corde sensible chez ceux qui avaient perdu des êtres chers pendant les combats – et ces chansons tristes, qui sont presque toujours jouées en mineur, sont restées depuis lors fermement ancrées dans la conscience nationale.

La version finlandaise est plus lente et plus simple – des mélodies tirées de vieilles valses finlandaises et russes sont tissées tout au long du morceau. L’accordéon remplace le bandonéon argentin.

La danse est également différente. Les femmes ne font pas de grands mouvements de jambes, mais les Finlandais dansent plus près les uns des autres, les corps bien serrés les uns contre les autres.

Le tango, presque un mort national chez les Finlandais !

Dans une salle de sport exiguë et étouffante, les mouvements de tango sont examinés de près dans le cadre d’une compétition de danse. Une femme aux longs cheveux blonds dans une robe rouge-velours écrasée passe en glissant. Une brune en jaune vif navigue dans l’autre sens.

Un couple, Sari et Raine Ristola, est en compétition à Seinajoki depuis 10 ans – et les émotions sont aussi fortes pour eux maintenant qu’elles l’étaient la première fois qu’ils ont dansé ici.

Raine ne peut pas exprimer ses sentiments avec des mots. Au lieu de cela, il remonte la manche d’une chemise pour révéler un bras couvert de chair de poule. Puis les yeux bleus de Raine s’illuminent soudainement. « Quand on danse, c’est comme si on tombait amoureux à nouveau. Le sentiment est tellement fort », dit-il.

Comme Sari et Raine Ristola, la plupart des gens ici sont d’âge moyen. Mais on peut voir certains jeunes danser les mêmes pas que leurs grands-parents avant eux. Le festival de tango se termine par un concours de chant télévisé de style X-Factor dans la caverneuse Seinajoki Arena. Six participants, tous âgés de vingt et trente ans, ont été élus par SMS pour la finale d’aujourd’hui. Mais un seul sera couronné roi ou reine du tango de l’année.

C’est un événement majeur. D’anciens rois et reines sont devenus de grandes célébrités. Même le président finlandais, Sauli Niinisto, est ici ce soir

Un chanteur se distingue en chantant une version tango d’une chanson pop finlandaise populaire. Pekka Mikkola – un étudiant en musique de la ville d’Oulu, dans le nord du pays – est la dernière personne à avoir rejoint la seule royauté finlandaise.

« J’ai déjà la grosse tête », plaisante Pekka alors qu’il s’efforce de mettre la couronne. Il a toutes les raisons d’être heureux – un contrat de disque, une tournée nationale complète et une célébrité instantanée l’attendent.
A trois heures du matin, le soleil commence déjà à se profiler à l’horizon sur le Tangokatu. Les futurs partenaires vont bientôt se rencontrer pour la première fois et partager leur premier tango ensemble. Les pieds tapent, les yeux se ferment, les corps se balancent au rythme de la musique.

Je me souviens de ce qu’Arja Koriseva – une ancienne reine du tango de Seinajoki – m’a dit plus tôt dans la journée. Ses parents se sont réunis pour danser le tango dans une salle en bois, au plus profond de la forêt finlandaise. Les Finlandais sont peut-être calmes, a-t-elle dit, mais le tango donne une voix à leurs sentiments.

Si vous avez été touché par notre histoire, vous êtes probablement déjà en train de chercher les professeurs de Tango à côté de chez vous.

Si vous n’êtes toujours pas convaincu, vous devriez allez lire l’article de nos confrères : Pourquoi devriez-vous apprendre à danser le Tango ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *