Catégories
Danse et art

mignolo dance présente «Manifested Destiny»

Plate-forme de stationnement de Pearl Street, Metuchen, NJ.
15 novembre 2020.

Avec le lancement de sa première pièce d'une soirée, Destin manifesté, les co-fondatrices de la compagnie de danse contemporaine mignolo dance, les sœurs Charly et Eriel Santagado, a mis en valeur leurs prouesses artistiques. J'ai assisté au spectacle au volant au Pearl Street Parking Deck à Metuchen, NJ, et dès mon arrivée, j'ai été impressionné par la façon dont ils ont transformé le simple parking en un spectacle charmant. espace. Ils ont coupé une partie du terrain, et des voitures pleines de spectateurs ont entouré l'espace de représentation en forme de U. Devant les véhicules, des spectateurs masqués étaient assis sur des couvertures et des chaises. Marley a été soigneusement posée sur le sol et a servi de scène de fortune aux danseurs, et l'ensemble la conception se composait d'une chaise en cuir marron et d'une bibliothèque remplie d'un assortiment coloré de livres.

«Destin manifesté» de la danse mignolo. Photo par Narratographie par APJ.
«Manifested Destiny» de la danse mignolo. Photo par Narratographie par APJ.

Après une brève introduction, c'était l'heure du spectacle! L’accompagnement musical de la pièce était soigneusement conçu. Le mélange varié comprenait le texte de 13 écrivains américains distingués, le texte de l'acteur Nikolai Popow et Artistic Réalisateur Charly Santagado, et musique originale par Vicente Hansen et Charly. Le mouvement reflété directement le texte à travers des gestes complexes et précis qui ont fourni des images significatives des mots qui hurlaient à la fois hors du système sonore et parfois dans la bouche des danseurs.

La chorégraphie, une collaboration entre Charly et Eriel et l'ensemble des danseurs ont présenté la formidable technique de toutes les personnes impliquées dans le spectacle. Chaque danseur représentait un auteur différent dont les mots ont servi de modèle au vocabulaire du mouvement de la pièce. Alors qu'ils traversaient sans effort les niveaux hauts et bas avec des phrases qui utilisaient chaque centimètre carré de la «scène», il était clair que chaque mouvement était intentionnel, d'un roulement dans la colonne vertébrale à un petit geste de la main en passant par un sourire espiègle.

«Destin manifesté» de la danse mignolo. Photo par Brian Curry.
«Manifested Destiny» de la danse mignolo. Photo par Brian Curry.

J'ai particulièrement apprécié la façon dont les danseurs sont restés dans leur personnage tout au long de la représentation, même pendant le travail de groupe. Les identités intersectionnelles des auteurs qu'ils représentaient ont joué un rôle fondamental dans la manière dont ils se sont présentés et dans la manière dont ils ont été reçus par les autres membres de la distribution. J'ai interprété ces interactions significatives comme reflétant l'expérience américaine variée; même lorsqu'ils partageaient tous le même espace, leurs expériences n'étaient pas uniformes et certains danseurs avaient plus de pouvoir et d'influence que d'autres.

Un élément passionnant de la performance a été l'inclusion du public. Les spectateurs en voiture ont été invités à allumer leurs feux de détresse pendant l'ouverture de Guillaume Tell, et beaucoup ont participé à l'éclairage de la scène alors que l'ensemble dansait avec enthousiasme avec des visages souriants. C'était une joie à regarder.

«Destin manifesté» de la danse mignolo. Photo par Narratographie par APJ 2.
«Manifested Destiny» de la danse mignolo. Photo par Narratographie par APJ 2.

J'ai apprécié le contrepoids entre les sections qui étaient sérieuses et celles qui étaient légères, ce qui permettait une expérience visuelle complète. J'ai ri de la partie inspirée de New York de la performance qui a rempli l'espace avec le dur klaxonner klaxons de voiture et autres sons de la ville au cours desquels les mouvements des danseurs reflétaient l'agitation, et inclus des gestes comme le majeur retourné par un piéton en colère. J'ai été profondément ému par la partie de la pièce chorégraphiée sur «The Giving Tree» de Shel Silverstein. Les mouvements étaient légers, amusants et pleins d'énergie au début et sont devenus plus petits plus tard à mesure que l'arbre, magnifiquement personnifié par Karolina Holmstrom, a donné des morceaux d'elle-même jusqu'à ce qu'elle ne devienne rien de plus qu'un endroit pour s'asseoir. Non seulement ses mouvements ont été exécutés avec talent, mais cette partie de la pièce a également rappelé que la terre sur laquelle nous vivons nous fournit avec amour, nous ne devons donc pas l'exploiter mais plutôt la nourrir.

Dans l'ensemble, la chorégraphie était intentionnelle, précise et magnifiquement exécutée au superbe texte et à l'accompagnement musical. Le concept derrière et l'exécution de Destin manifesté était exceptionnelle, et la façon habile dont les danseurs ont donné vie au texte était exceptionnelle. La passion et l’engagement de ces artistes dans le travail étaient palpables, et je suis vraiment reconnaissant d’avoir pu assister en personne à cette sublime démonstration de talent.

Par Brittany Barthelemy de Dance Informa.








Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *