Que voir, faire et entendre : Dar Williams, Core Dance, Banksy et bien plus encore

MUSIQUE

Dar Williams (photo ci-dessus) a commencé sa carrière à la sortie de l’université en tant que régisseur pour l’Opera Company of Boston en 1990, mais elle a travaillé au noir en tant qu’auteur-compositeur-interprète sur le circuit des cafés de la Nouvelle-Angleterre. En 1993, elle avait sorti son premier album et est depuis devenue l’une des voix les plus brillantes de la musique folk moderne. Son 12e album studio, Je te rencontrerai ici, a été enregistré pendant la pandémie et le fil conducteur des chansons est le besoin de rencontrer la vie là où elle vous rencontre. Williams se produit mercredi au grenier d’Eddie à 19 h 30. Les masques sont obligatoires pour ne pas manger ni boire. 36 $ à 42 $.

::

le « Musique 4 L’âme » la tournée s’arrête au Cobb Energy Performing Arts Center pour un concert mettant en vedette des icônes du R&B La nouvelle stylistique (avec le chanteur principal de Stylistics original Russell Thompkins Jr.), Pêches et herbes, les Delfoniques, Pierre de sang et Enchantement. L’original Stylistics a fait irruption sur la scène soul de Philadelphie avec des tubes tels que « Betcha by Golly, Wow » et « You Make Me Feel Brand New ». Les masques ne sont pas obligatoires, mais fortement recommandés. Les billets commencent à 55 $.

::

Auteur et journaliste Jeune Néely parlera de son livre, Georgia Made : les personnalités les plus importantes qui ont façonné l’État au XXe siècle, mercredi à la série Author Talks du Atlanta History Center. Young, originaire de Cedartown, a été PDG de la Morris Newspaper Corporation et a été conservateur de la Georgia Historical Society. La conférence sera un événement en personne; les masques sont obligatoires. Les billets commencent à 5 $ pour les membres, 10 $ pour les non-membres.

::

ART+DESIGN

Rappelez-vous comment Alice suit le lapin blanc dans le terrier du lapin et découvre un monde inversé qui remet en question qui elle est et ce qu’elle sait ? C’est le point de départ pour Teresa Bramlette Reeves’ exposer à Espace blanc, mais elle explore un autre type de voyage difficile : la transition vers la vieillesse. elle sera en retard raconte un récit vague d’une femme entrant dans ce nouveau monde et se demandant si l’évasion est une option. Comme Alice le note à propos de sa propre aventure : « Comme tous ces changements sont déroutants ! Jusqu’au 22 janvier. Masques obligatoires.

::

On ne sait jamais à quoi s’attendre de l’artiste de rue, philanthrope et farceur au succès fou Banksy, mais nous sommes sûrs d’une chose : L’art de Banksy : sans limites à Underground Atlanta fermera le 16 janvier. L’exposition présente plus de 150 œuvres : des estampes, des vidéos, des sculptures, quelques originaux et certaines des peintures murales les plus reconnaissables de Banksy reproduites sur les murs de l’Underground par des artistes de rue d’Atlanta et d’ailleurs. Masques encouragés.

::

le Musée d’art Zuckerman rouvrira mardi avec Marcher en beauté, une exposition mettant en lumière des œuvres d’artistes amérindiens de la collection permanente, aux côtés d’estampes produites par le Crow’s Shadow Institute of the Arts [CSIA]. Connue pour ses gravures contemporaines, la CSIA est située dans les tribus confédérées de la réserve indienne d’Umatilla dans l’Oregon. Le titre de l’exposition fait référence au dicton Diné (Navajo) « marcher dans la beauté », qui se traduit par la création de beauté et d’harmonie. Les masques sont encouragés, mais pas obligatoires.

::

DANSE

Danse de base poursuit sa série de vidéos innovantes en extérieur BOBINE Art avec le travail de Adam Larsen, documentariste et concepteur de projections. La partie amusante de ces mini-films est qu’ils sont diffusés sur les fenêtres des studios Core Dance à Decatur près de la place, créant une sensation d’un autre monde. Larson a mis sa vidéo sur « La question sans réponse » de Charles Ives. Danse de base Sue Schroeder a fait la direction chorégraphique; Erik Thurmond est l’artiste de la danse. L’inscription préalable est encouragée. Les piétons seront les bienvenus si l’espace le permet. Les pratiques de distanciation sociale seront appliquées. 133, rue Sycomore. Tous les soirs du vendredi au 18 février.

::

THÉÂTRE

La poussée de Covid-19 alimentée par la variante Omicron a provoqué la fermeture de certaines émissions de vacances d’Atlanta au début et à la première de l’année, y compris Actor’s Express ‘ Vêtements intimes, à reporter. Mais une valeur sûre (à tous égards) pour le début de 2022 est la Théâtre de l’Alliance n’importe où production virtuelle de Le Cardinal curieux. Vu dans le confort de votre foyer, ce spectacle de la série Theatre for the Very Young ne nécessite même pas le port de masque. Le court métrage d’animation de 18 minutes met en vedette l’oiseau titre qui reste en Géorgie toute l’année, explorant les changements saisonniers. Il peut se chamailler avec les geais bleus au printemps et déjouer les écureuils espiègles en été, mais la majesté de l’habitat naturel de l’État est le véritable gagnant de cette présentation gratuite. Jusqu’au 31 mai.

::

Le prochain spectacle sur les planches à Taverne Shakespeare d’Atlanta est La comédie des erreurs, ouverture samedi. Mettant en vedette deux paires de jumeaux et un cas majeur d’identité erronée, la comédie promet d’amener « Shakespearean drôle à des hauteurs si gifles, vous serez étourdi de rire ». Honnêtement, étant donné tout ce qui se passe dans le monde, nous serions bien avec quelques rires pétillants et de la bière mousseuse. Si seulement Comédie des erreurs la performance doit être annulée en raison de l’exposition à Covid, les acteurs (avec des résultats de test négatifs) effectueront à la place une version abrégée de Le Songe d’une nuit d’été. Pour cette production de Shakespeare Out of Hat, les comédiens sortiront leurs rôles d’un chapeau juste avant l’heure du spectacle. Jusqu’au 6 février. Preuve de vaccination et masques obligatoires.

Vous pourriez également aimer...