Catégories
Danse et art

Rencontrez Ava Holloway et Kennedy George, les adolescents dont la photo dansant sur une statue confédérée est devenue virale

Le mois dernier, une photo de deux ballerines noires de 14 ans – Ava Holloway et Kennedy George – dansant sur la statue de Robert E. Lee de Richmond, en Virginie, a illuminé les réseaux sociaux alors que les manifestations de Black Lives Matter se propageaient aux États-Unis. Les danseurs, vêtus de tout noirs, se tenaient en équilibre dans des sous-sus, les poings levés pendant que la statue attendait son renversement encore attendu.

Holloway avait décidé de poser pour des photos devant le monument après que le gouverneur de Virginie, Ralph Northam, eut annoncé son retrait imminent. Lorsque sa mère, Amanda Lynch, a téléchargé les images sur Facebook, un ami du photographe local Marcus Ingram a demandé si Lynch et Holloway seraient intéressés par des photos professionnelles.

En arrivant pour tourner avec Ingram le lendemain matin, Holloway a rencontré son ami de longue date Kennedy George, qui se préparait pour un tournage de groupe avec Holloway, d'autres danseurs et un professeur de leur studio, Central Virginia Dance Academy, prévu pour plus tard dans la journée.

La photographe de Reuters Julia Rendleman a repéré les danseurs sur la statue et les a photographiés. Après que Reuters a tweeté la photo, elle a reçu des milliers de likes et de partages sur Twitter, Facebook et Instagram.

Nous avons discuté avec les danseurs du tournage, de leur activisme et de ce qu'ils veulent voir dans le monde de la danse.


Quelles ont été vos pensées lorsque vous dansiez devant la statue?

George: Je me suis senti habilité, comme si je faisais partie d'une plus grande cause; un plus grand mouvement.

Comment vos vies ont-elles changé depuis que vous avez posé pour les images?

Holloway: Depuis, nous avons fait beaucoup. Nous avons été interviewés, pris des photos dans la tête, nous avons commencé une association avec les autres filles sur les photos, un fonds de bourses pour les danseurs qui nous ressemblent.

Pouvez-vous parler de votre organisation à but non lucratif, Brown Ballerinas for Change?

Holloway: Les fondateurs sont moi, Kennedy, Sophia Chambliss et Shania Gordon. Le Fonds de bourses d'études Ava Holloway et Kennedy George en est une grande partie. Il paie une partie de vos frais de scolarité pour la danse et la danse si vous ne pouvez pas les payer vous-même. En ce moment, nous travaillons sur le processus d'audition pour cela et peut-être qu'à l'avenir, nous ajouterons des ambassadeurs. Nos partenaires sont Brown Girls Do Ballet et une autre organisation locale, Miracles in Motion, avec laquelle nous avons tous deux travaillé dans le passé.

George: La mission de l'organisation à but non lucratif est de créer un plaidoyer, la justice sociale et d'augmenter la participation des populations sous-représentées au ballet.

Sur le site Web Brown Ballerinas for Change, vous mentionnez tous les deux un désir de travailler en médecine. Y a-t-il un lien entre votre travail en tant que danseurs et militants noirs montants et vos aspirations médicales?

Holloway: Je pense que nous croyons tous les deux qu'il doit y avoir plus de gens qui préconisent l'utilisation de leurs dons et de ce dans quoi ils sont bons. Je m'intéresse vraiment à la science, et nous dansons tous les deux, évidemment, donc si nous utilisons la danse comme moyen de protestation, vous pouvez à peu près tout utiliser. À l'avenir, j'espère que le fait d'être dans le domaine médical peut également m'aider à plaider. Et vous ne voyez pas beaucoup de médecins qui me ressemblent, alors je pense que cela l'aidera également à se diversifier à l'avenir, ce qui fait également partie d'une plus grande image.

George: Je pense que le lien avec la médecine est de redonner à la communauté et d'aider les gens, d'aider les moins fortunés.

Quels changements aimeriez-vous voir dans la danse ou les arts?

George: J'aimerais vraiment voir plus de variétés de personnes différentes.

Holloway: J'espère que le ballet peut changer complètement et que nous pourrons nous éloigner de ces stéréotypes que nous avons depuis des années.

George: Et aussi pour faciliter les choses pour tout le monde, pas seulement pour un groupe de personnes; pour rendre les choses plus accessibles à tous.

Avez-vous des conseils à donner aux autres jeunes qui souhaitent plaider pour le changement social?

George: Mon conseil serait simplement de savoir qui vous êtes, de savoir ce que vous représentez et d'avoir confiance en cela. Et sachez que vous êtes soutenu. Quelqu'un là-bas vous soutient. Vous êtes et pouvez être aussi puissant que n'importe qui d'autre. Utilisez cela et entourez-vous de personnes dont vous savez qu'elles vous aideront et vous aimeront.

Holloway: Je dis, parlez et n'ayez pas peur de dire ce dont vous avez besoin pour être entendu. Nous sommes le futur, et quoi que vous fassiez, nous le verrons dans le futur. J'espère que nous contribuerons à changer les idées que nous avons depuis des siècles. Je pense vraiment que notre génération sera celle qui changera le monde. Même si chaque génération dit que (souriant), Je pense vraiment que nous pouvons le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *