Catégories
Danse et art

West Australian Ballet saison 2021

Bénéficiant d’un amphithéâtre naturel en plein air à seulement 13 km du CBD de Perth, le West Australian Ballet (WAB) était impatient de sortir des restrictions COVID et de revenir à son état normal de formation en danse, créant, répétant et se produisant en 2021.

Aurélien Scannella.
Aurélien Scannella.

Dance Informa a rencontré Aurélien Scannella, directeur artistique de WAB, pour discuter de la saison 2021 de la compagnie et des défis auxquels elle est confrontée dans la gestion d’une grande compagnie de ballet dans l’ère post-COVID-19.

Après huit ans à ce poste, Scannella semble imperturbable face aux défis auxquels il est confronté et applique un mélange enivrant de planification à long terme, d’enthousiasme sans bornes pour la danse, d’entêtement personnel, de discipline artistique et de pragmatisme stratégique.

«Jusqu’à présent, ce fut un voyage fantastique», dit-il, ajoutant que l’éloignement est un bonus. «Le fait que nous soyons assez isolés est en fait une chose positive pour nous, pour moi, car je peux vraiment amener le monde ici, ce qui est formidable pour les danseurs et pour le public. Ce que nous perdons dans l’éloignement, nous gagnons en impact. »

Déterminé à faire de son mieux, la saison WAB 2021 s’est ouverte avecBallet à la carrière, Son programme annuel de présentation d’une pièce contemporaine dans son unique amphithéâtre à ciel ouvert.

Le travail de cette année est intituléComme une. Scannella dit: «Nous avons trouvé ce nom parce qu’après une période aussi difficile avec COVID quand nous ne pouvions pas être ensemble, nous ne pouvions pas nous embrasser, ne pas passer du temps même avec votre propre famille et vos amis, vous savez , nous avons été séparés les uns des autres pendant si longtemps. Alors, quand quelqu’un a proposé ça comme titre, je me suis dit: « C’est ça. » Ce travail capture ce que nous traversons. Et maintenant que nous sommes de retour ensemble – les danseurs, le public, tous les artistes, les coulisses, les avant-scènes – c’est un titre tellement rassembleur et approprié.

Ballet australien de l'Ouest se produisant à l'amphithéâtre de la carrière.  Photo par Frances Andrijich.
Ballet de l’Australie occidentale
à l’amphithéâtre de la carrière.
Photo par Frances Andrijich.

Il poursuit: «Nous sommes assez chanceux parce que cette carrière, ce lieu en plein air est si spécial et unique.» Ayant joué sur un certain nombre de salles en plein air en Europe, Scannella sait à quel point il peut être difficile de se produire à l’extérieur où la météo joue un rôle autant que la performance.

«La carrière est très spéciale», dit-il. «Il y a quelque chose de très spécial à ce sujet. Et le fait que les gens, le public puissent venir avant le spectacle, profiter d’un pique-nique avec leurs amis et partager un bon moment ensemble. Et puis le spectacle commence sous les étoiles. C’est très spécial, je dois dire. C’est l’une des plus grandes scènes d’Australie occidentale. »

Ironiquement, Scannella révèle: « Comme une a traversé 25 options différentes en raison du COVID. Peut-être pas 25! Mais j’essaie toujours de planifier mes programmes deux ou trois ans à l’avance, donc ce travail est en gestation créative il y a longtemps. Mais avec COVID, tout devait changer. Mais cela dit, le bonus était que nous avons Natalie Weir avec elleQuatre saisons J’ai vraiment voulu travailler avec elle pendant des années mais je n’ai jamais eu la chance. Natalie avait travaillé avec WAB avant moi, donc c’était sur ma liste de souhaits de l’inviter à WAB. C’est une femme merveilleuse et une grande chorégraphe. Malheureusement, elle n’a pas pu se rendre à Perth en raison du COVID. Mais nous avons réussi à la faire passer sur Zoom tous les jours, et nous l’avons fait fonctionner, et le résultat était absolument incroyable.

Alexa Tuzil et Ludovico Di Ubaldo dans 'Femi Paradox' de Matthew Lehmann.  Photo de Bradbury Photography.
Alexa Tuzil et Ludovico Di Ubaldo
dans le «Femi Paradox» de Matthew Lehmann.
Photo de Bradbury Photography.

Le verrouillage forcé a également façonné d’autres travaux du programme. WAB a un GenèseOù de nouvelles œuvres sont créées avec les danseurs de la compagnie à l’aide d’œuvres plus intimes, exploratoires et expérimentales.

«Cela fait déjà plusieurs années que je pense utiliser les œuvres de Genèse et les développer et les amener à une étape plus grande », dit Scannella. «Et COVID m’a probablement poussé à le faire. Peut-être plus tôt que prévu. Mais je suis vraiment excité et vraiment content du résultat intituléChagrin. Nous avons développé un scénario autour des œuvres. Et je suis vraiment content du résultat. Je dois dire. C’est un beau travail, très intense, très profond.

L’autre travail estMoment de joie, chorégraphié par les danseurs du WAB Dayana Hardy Acuña et Juan Carlos Osma, tous deux de Cuba.

Oscar Valdes dans «Prelude» de Jack Whiter.  Photo de Bradbury Photography.
Oscar Valdes dans «Prelude» de Jack Whiter.
Photo de Bradbury Photography.

«Ce travail est vraiment sorti de nulle part parce que l’année dernière, lorsqu’ils ont été invités à se produire pour un concours de ballet en ligne en Afrique du Sud, ils ont créé un pas de deux pour cet événement», explique Scannella. «Et notre pianiste de compagnie a composé une partition pour ça, et quand je l’ai vue, j’ai pensé qu’elle pourrait facilement être transformée en quelque chose de plus grand pour plus de danseurs. J’ai proposé l’idée, et tous les trois étaient absolument ravis, et donc Michael [Brett, head of music for WAB] joue maintenant du piano sur scène chaque soir. »

Scannella dit qu’il continue de planifier et d’organiser l’avenir du WAB, indépendamment du COVID-19. «Bien sûr, je dois avoir un plan« B »et un plan« C », mais je me concentre vraiment sur mon plan« A »car sinon, mon plan« A »ne ressemblera à rien. Donc, oui, nous savons qu’il est difficile pour le moment de graver quoi que ce soit parce que la situation peut changer d’un jour à l’autre. Faire venir des gens d’outre-mer en ce moment serait extrêmement difficile. Et je pense que ça va être comme ça pour le reste de cette année.

Scannella ajoute: «Nous avons un tout nouveauLa belle au bois dormantProgramme pour la fin de cette année. Et le chorégraphe, Javier Torres, vit à Paris. Il est donc censé venir ici en octobre. Nous espérons qu’il pourra être terminé en octobre. Et son assistant est basé à Helsinki. J’espère donc qu’elle pourra venir aussi. Sinon, ça va être un gros défi pour nous. En octobre également, j’espère pouvoir faire venir un autre chorégraphe pour deux semaines, qui commencera la création pour l’année prochaine Ballet à la carrière. Cette personne est censée venir de New York, mais encore une fois, va-t-elle réussir? On ne sait pas. Je pense donc que cette année, nous devons vraiment suivre le courant.

Aurélien Scannella.  Photo par Frances Andrijich.
Aurélien Scannella.
Photo par Frances Andrijich.

Scannella est très fier de la discipline artistique et de l’éthique de travail de son entreprise. «Une chose dont je suis vraiment fier est la culture que nous avons dans cette entreprise et l’éthique de travail inculquée à tous nos artistes. Quel que soit le défi, ils acceptent toujours chaque défi. Je pense que les artistes doivent être mis au défi artistiquement. C’est la seule façon pour eux de grandir en tant qu’artiste et d’avancer ensemble. Ils comprennent cela; nous sommes une entreprise solide ensemble. Il m’a fallu quelques années pour en arriver là où je le voulais. Mais oui, depuis 2019, je dois dire que l’entreprise est l’entreprise que j’ai toujours voulu avoir. Ils savent que les clés du succès sont l’engagement, la cohérence et le travail acharné. Ce sont les trois choses que j’attends d’eux. Quand ils font cela, il n’est pas difficile de se produire à nouveau devant le public. »

Dans ce monde incertain, Scannella résume simplement sa tâche: «Le spectacle doit continuer… et continuera.»

La saison 2021 du West Australian Ballet comprend As One: Ballet à la carrière (jusqu’au 3 mars), Genèse (23 – 31 mars), Giselle (13-22 mai), ETAT (24 juin – 3 juillet), Coppélia (16-25 septembre) et La belle au bois dormant (18 novembre – 12 décembre). Pour plus d’informations, rendez-vous sur waballet.com.au.

Par Elizabeth Ashley de Dance Informa.